Chirurgie esthétique des seins.

Comment traiter un traumatisme des seins ?

RSS Comment traiter un traumatisme des seins ?

prothese-mammaire.jpg


Par sa position, le sein est exposé à recevoir des coups, qu'il s'agisse d'un coup de pied d'un bébé, d'un coup malencontreux porté lors d'un jeu ou d'une pratique sportive, d'une agression ou d'un accident...


Les conséquences immédiates sont rarement importantes : douleur, gonflement, apparition d'un bleu qui disparaîtra en quelques jours.


Un petit saignement interne dans la profondeur de la glande peut constituer une poche de sang  que l'on perçoit parfois sous la forme d'un durcissement localisé douloureux. Cet hématome est bien repérable à l'examen à la lumière et peut se résorber totalement ou entraîner la formation d'une petite poche graisseuse sans conséquence.


La question qui revient le plus souvent est : le traumatisme du sein peut-il déclencher un cancer? La réponse doit être nuancée. Bien qu'il n'existe pas de preuve formelle, il se peut que le traumatisme sur une lésion précancéreuse soit un facteur déclenchant. Aussi faut-il subir un bilan complet  dans les jours qui suivent un traumatisme, puis un an plus tard.


Certains traumatismes requièrent de faire appel à la chirurgie esthétique. Dans ce cas, il est conseillé de prendre un rendez-vous rapide auprès d'une clinique de chirurgie esthétique.


 


Chirurgie esthétique des seins.


La correction chirurgicale des seins trop gros ou trop petits est généralement possible, mais elle comporte toujours des inconvénients qu'il faudra apprécier avant de prendre une décision.


La réduction d'un sein pose quatre problèmes:


  • Cutané: Le sein n'adhère pas normalement aux organes voisins notamment aux muscles ; ceci explique que les tentatives de musculation ne modifient aucunement sa chute. La cicatrice cutanée de l'intervention sera dissimulée au mieux, mais sa qualité est imprévisible, et ne dépend pas du geste opératoire.

  • Glandulaire: L'hypertrophie est due à un excès de tissu glandulaire qui devra être enlevé puis reconstitué.

  • Graisseux: Chez une jeune fille, seul le tissu glandulaire est présent.  Au cours des années, il va se charger de graisse. Lors de la ménopause,  le tissu glandulaire est remplacé par un envahissement de graisse.

  • Mamelonnaire : le mamelon doit toujours être replacé.

 


L'intervention chirurgicale est délicate. Il survient parfois des complications : nécrose de la peau, nécrose du mamelon et surtout cicatrisation défectueuse.


La cicatrice mamelonnaire est généralement satisfaisante. Par contre, la cicatrice sous-mammaire est parfois plus délicate.


Les résultats de l'intervention sont excellents chez la jeune fille, car l'augmentation de volume est purement glandulaire et non pas graisseuse.


Les résultats sont bons chez la jeune femme ayant plusieurs enfants, mais la présence de graisse rend le modelage moins précis. La chute est généralement importante.


Les résultats sont par contre mauvais à la ménopause, car il n'y a plus de tissu glandulaire.